Les habitudes doivent changer!

19 septembre 2011

Par M.-D. Houle

J'en reviens pas. Je suis hors de moi.

Je viens de prendre connaissance d'un article de magazine traitant du ras-le-bol des patrons qui doivent jongler avec les départs/remplacements pour congés de maternité et de paternité de leurs employés.

Non, mais... ? Encore un peu et on devra demander la permission avant de faire un bébé! Je suis choquée, parce que je ne suis pas certaine que les sacrifices ne viennent que d'un côté. Oui, je suis une de ces employées qui, un jour, est devenue enceinte. Deux fois, en plus. Et que m'est-il arrivée ? Les deux fois, j'ai perdu mon emploi. Les deux fois, on m'a fait payé cher pour devenir maman. Chanceuse, la première fois, j'étais enceinte et j'ai eu droit à l'assurance-emploi. Chanceuse, parce que la deuxième, on m'a montré la porte pendant mon congé parental et je n'ai eu droit à aucun sou car l'assurance-emploi ne reconnaît pas les heures cumulées avant ce congé parental. Retour à la case départ...

Pas un sou et une hypothèque à payer - et on sait tous que les enfants vivent d'amour et d'eau fraîche - j'ai dû retourner travailler au salaire minimum là où on a bien voulu de mes deux bras. J'ai un diplôme. J'ai de l'expérience. Mais je suis une maman. Quelle tare!

Quand l'homme de ma vie et moi avons décidé d'avoir une famille, je savais du haut de mes 28 ans que je devrais probablement changer des choses dans ma vie, mais pas à ce point.

Tout comme bien des nouvelles mamans, je ne pouvais savoir ce que devenir mère allait changer en moi. Tout comme je n'avais aucune idée de ce qu'était que de prendre soin d'un bébé tous les jours de l'année, toutes les heures de la journée...

Je suis devenue exigeante. Je suis devenue parfois intransigeante. Mais j'ai encore à offrir. Je n'ai pas perdu mes capacités intellectuelles à force de changer des couches!

Les habitudes devront changer. La société a évolué, le gouvernement a décidé d'offrir plus de temps aux mamans et aux papas avec leurs bébés. Ce temps n'est pas perdu, loin de là. Il est un répit, une parenthèse nécessaire pour permettre à tous ces nouveaux petits êtres humains de s'attacher à leurs parents. Il conforte bien des mamans dans leur nouveau rôle, il permet de souffler un peu en dehors du système dans lequel parents et bébés seront bien forcés d'embarquer rapidement.

Les patrons ne peuvent plus prendre pour acquis qu'un ou une employée leur est entièrement dévoué et accessible en tout temps, à toute heure, pour toutes les raisons. Les parents doivent s'adapter à bien des choses aussi, mais n'en a-t-il pas toujours été ainsi ? Il faut se sentir concerné et se rendre compte que la conciliation travail-famille est un enjeu qui nous concerne tous, parents, travailleurs et employeurs.

Que voudraient-ils, ces patrons ? Que les femmes retournent à la maison ? Que plus personne ne fassent de bébés ? Qui travaillera pour eux, un jour ? Qui paiera leurs soins de santé ? Qui s'amusera avec leurs petits-enfants ?

Il faut revoir les méthodes de gestion des ressources humaines, il faut développer le télétravail quand c'est possible, il faut innover! À l'ère des médias sociaux et du cellulaire accroché au cou, il y a moyen de réaliser ses objectifs sans pour autant s'aliéner patrons et collègues. Il y a moyen de revoir nos façons de faire, non ?

Est-ce que je rêve en couleur, dites-moi ?

Ce texte vous fait réagir ? Écrivez-nous à : info@travailfamille.com

 


Télécharger l’outil maintenant! Avantages pour l'entreprise Avantages pour les employés
Suivez-nous sur facebook

En collaboration avec : En collaboration avec Ce projet a été rendu possible grâce à une aide financière du ministère de la Famille et des Aînés.
©2011-2018, Conciliation Travail-Famille. Tous droits réservés. Absolu